Skip to Content

Still An Effective Media


Ce n’est pas un hasard si plus de 300 000 petites entreprises américaines font confiance aux produits de papier, tel que le publipostage, pour toucher leurs clients actuels et éventuels. Et ce n’est pas un hasard non plus si les plus grandes entreprises consacrent 35 % de leurs budgets de marketing afin de faire imprimer des pièces de publipostage que 81 % des consommateurs lisent toujours assidûment tous les jours. Après des centaines d’années et d’innombrables innovations – de la carte postale au magazine et au catalogue jusqu’au marketing en ligne et aux médias sociaux – le papier est toujours aussi utile. Et si on se fie aux chiffres, on le trouve plus utile que jamais.

Le papier n’est pas uniquement renouvelable et personnel : il est utile.

Et ce n’est pas tout. Grâce à des innovations technologiques comme l’impression à données variables et les envois ciblés, le publipostage permet aux entreprises et aux organismes de communiquer personnellement et efficacement avec un groupe très précis de clients. Le papier est souple, mesurable et économique et c’est pourquoi son utilité ne fait que grandir – même en cette ère du numérique.

Le papier est efficace.

Imprimez-le et le reste suivra. Une page imprimée possède un « je ne sais quoi » d’irrésistible. En deux mots, le papier fonctionne toujours parce qu’il captive toujours les gens qui lui prêtent toujours autant d’attention. Pendant que les pourriels tombent souvent directement dans des filtres antipourriels, 81 % des consommateurs continuent de lire ou de parcourir leur courrier publicitaire – et les propriétaires d’entreprise prennent cette tendance au sérieux. Une étude menée par Pitney Bowes a révélé que 85 % des entreprises se sont dites heureuses du taux de réponse de leur publipostage. Sans doute parce que ce taux était encore plus élevé en 2009 qu’en 2008.

Le papier est rentable.

Petits coûts. Grands résultats. Le publipostage est un outil de marketing très rentable, comme en témoignent les taux de réponse qui se calculent habituellement en points de pourcentage entiers qui peuvent même atteindre les deux chiffres. Par opposition, le taux de réponse d’autres types de média représente habituellement des centièmes ou des millièmes de point de pourcentage de l’audience totale.

Le papier vise juste.

Tenez bien votre arc, visez, laissez aller et vous verrez... S’il le faut, rectifiez votre tir. Les panneaux-réclames et la publicité télévisée lancent un message dans une mer de personnes indifférentes, alors que le papier vous permet de diffuser votre message aux clients de votre choix en livrant directement ce message à leur porte. Il s’agit d’un moyen plus personnel de communiquer avec les gens en vous fondant sur leurs intérêts. Et grâce à l’impression à données variables, il vous est même possible de leur envoyer des choses à leur nom. Une fois que votre public cible a entendu parler de vous, vous pouvez facilement faire des tests, mesurer le taux de réponse et rectifier votre tir.

Le papier est un bon outil de mesure.

Lorsque vous envoyez votre message sur du papier, il vous est possible de mesurer les réactions et d’obtenir ainsi de précieux renseignements sur l’efficacité de votre envoi. Vous pouvez ensuite vous servir de cette information pour suivre les demandes de renseignements et les commandes qui vous sont acheminées et définir vos marchés-cibles en vue de vos prochaines campagnes. Les entreprises et les organismes peuvent aussi imprimer tout d’abord un petit tirage d’une pièce de publipostage, d’un magazine ou d’un catalogue et envoyer cet imprimé à un groupe témoin. Ils sont ainsi en mesure de réviser cet imprimé publicitaire en fonction de la réponse obtenue.

Le papier est souple.

Tout le monde aime les surprises (les bonnes). Grâce à sa souplesse, le papier est le seul mode de diffusion qui vous permet d’approcher vos clients en leur remettant quelque chose qu’ils peuvent toucher, sentir et tenir dans leurs mains. Des magazines et des cartes postales jusqu’aux dépliants en passant par les produits-témoins, les cartes parfumées et les CD, le papier a le pouvoir de toucher les gens – et de se laisser toucher en retour.

Le papier est confortable.

Lire un magazine à la table de la cuisine en buvant son premier café de la journée. Feuilleter un catalogue dans son fauteuil préféré. Couper des coupons par un dimanche après-midi pluvieux. Le papier donne au consommateur le choix de répondre à une publicité, à son heure et à sa façon. Pas de cri, pas de flash publicitaire qui réclame votre attention. Le papier est là, patient, et il attend tout simplement d’être lu. C’est peut-être pourquoi, la plupart du temps, c’est exactement ce qui lui arrive.

Le papier joue un rôle essentiel dans la croissance économique.

Le papier joue un rôle crucial dans la croissance des petites entreprises. Le publipostage est moins cher que la publicité radiophonique, télévisée ou autre, et il aide les petites et moyennes entreprises à concurrencer les plus grandes. Le papier aide aussi l’économie sur une plus grande échelle. En 2008, le courrier publicitaire a généré des ventes de plus de 702 milliards de dollars aux États-Unis. Les organismes sans but lucratif comptent également sur le papier pour les aider à recueillir des milliards dans le cadre de leurs campagnes de charité.

Le papier travaille bien avec les autres médias.

En utilisant le papier de concert avec d’autres  médias, les campagnes de marketing n’en sont que plus efficaces.  Les catalogues peuvent inciter les consommateurs à faire des achats en ligne. Le publipostage peut susciter des appels téléphoniques ou des visites en magasin. Et les  magazines peuvent venir s’ajouter à d’autres médias et renforcer l’image de marque d’une entreprise.

Le papier crée des liens plus solides.

Le papier et les communications ont évolué main dans la main, et il est normal que les gens se sentent une parenté intime avec lui. Une étude de neuromarketing menée par Millward Brown pour le compte de Royal Mail a révélé que le publipostage suscitait davantage d’activité dans le cortex pariétal, la partie du cerveau associée à l’intégration de l’information visuelle et spatiale. Ceci suggère que le matériel imprimé est susceptible de s’intégrer plus facilement dans le cerveau. Le fait de pouvoir regarder et toucher du papier ajoute à sa réalité concrète, ce qui permet à la mémoire de s’en emparer. De plus, les sujets qui ont fait l’objet de l’étude ont pu faire des liens entre le matériel imprimé et leurs propres expériences personnelles. Par opposition, le matériel en ligne a suscité des réponses dans le « carrefour temporo-pariétal » qui, dans le cerveau, est associé au filtrage des renseignements non pertinents.

Jakob Nielsen, un spécialiste de l’utilisation web, a aussi fait des observations dans le cadre d’études au cours desquelles il a observé les mouvements oculaires de personnes en train de lire des pages web. Il a ainsi remarqué « que les médias en ligne se prêtent à un traitement plus superficiel de l’information. Vous n’apprenez pas en profondeur ; vous surfez simplement sur la vague de l’information. »

1 Direct Marketing Association (DMA), 2009
2 Direct Marketing Association (DMA), 2009
3 Direct Marketing Association (DMA), 2006
4 Printing Industries of America
* Print’s Strong Suit – Dr. Joe Webb